09 April 2007

[campagne - 009] Le lac (suite)

Le lendemain matin, le bateau ne lève pas l'ancre, mais reste immobile au milieu du lac. Il règne un silence étrange et pesant auquel vous, citadins, n'êtes pas habitués. Au nord, des oiseaux prennent leur envol parmi les roseaux ; au sud, la berge est calme. Quelque chose y brille.... Le capitaine du bateau et le gradé antipathique se portent à tribord et scrutent la rive. Ils discutent entre eux à voix basse.

22 comments:

  1. et bien , capitaine, on ne reprends pas la route?

    ReplyDelete
  2. Eporedos9/4/07 20:26

    Si nous pouvons vous être utile, capitaine...nous devons sans tarder nous rendre à destination.

    (aparté avec Milka : peux-tu en savoir plus sur ce qui brille là-bas, ou écouter ce que se racontent les capitaines ?)

    De mon côté, si celà est possible, je m'apprête à scruter à l'aide d'une vision mystique. Je laisse mon épée à portée de main.
    [question : la portée de la vision mystique est-elle la vue, ou bien la portée du sort, auquel cas mes 80 m sont peut-être trop faibles].
    Tchapakan prend son arc et sort son armure de son sac. Il ne l'enfile pas encore. Il ceint son épée et pose son bouclierà portée de main.

    ReplyDelete
  3. Tchapakan9/4/07 20:34

    Ces oiseuux qui s'envolent au nord ne me disent rien qui vaille. Je regarde de ce côté, au cas où. Prévenez-moi s'il faut intervenir à gauche (Tchapakan ne connait pas le vocabulaire marin).

    Que font les soldats ?

    ReplyDelete
  4. Tchapakan9/4/07 20:35

    euh...à droite plutôt (Tchapakan a apparemment un problème de latéralisation)

    ReplyDelete
  5. question : la portée de la vision mystique est-elle la vue, ou bien la portée du sort. À mon avis, les deux... il faut voir la cible, et il faut aussi que la cible soit dans la portée du sort.

    ReplyDelete
  6. Le capitaine vous dit qu'a priori il n'y a pas de danger. Il fait descendre deux grosses barques sur les eaux du lac. Deux soldats prennent place dans chaque barque et commencent à ramer vers la rive sud du lac, vers les points qui brillent.

    Petit à petit, les brumes matinales se dissipent. Les points brillants sont des feux. Des figures encapuchonnées (une douzaine) se tiennent assises près des feux.

    ReplyDelete
  7. bon, ben s'ils sont à moins de 80 m, je fais une vision mystique. Milka, tu peux faire quelque chose pour en savoir plus ?
    Maintenant, si le capitaine nous assure qu'il n'y a pas de danger, je ne sais pas si ces affaires nous regardent.

    ReplyDelete
  8. Milka va essayer son sort pour regarder ce qui se passe au loin en projetant sa vision, quand a kirit, il prépare ses petites affaires, on n'est jamais trop prudent...

    ReplyDelete
  9. Vous êtes trop loin pour l'instant. Les barques atteignent la rive ; les personnes encapuchonnées y montent, six par barque, puis les barques reviennent vers le bateau.

    Lorsque les barques sont suffisamment proches, vous voyez qu'elles transportent des personnes âgées, visiblement fatiguées.

    ReplyDelete
  10. je me porte vers le capitaine et lui demande si nous sommes en train de secourir des gens en dificulté, et comment nous avons su ce qu'il se passait...

    ReplyDelete
  11. et moi, si c'est discret, et dès qu'ils s'apprètent à monter à bord, je fais enfin ma vision mystique à courte portée, et j'observe (pas que mystiquement : je cherche tous les indices) pour essayer de comprendre qui sont ces gens. Distingue-t-on des signes particuliers ? On verra ensuite selon ce que Milka aura appris.
    Tchapakan range son équipement martial. Moi aussi.

    ReplyDelete
  12. Le capitaine vous explique que ces voyageurs sont des Occidentaux qui ont fait le pélerinage de Partan (une cité sainte au sud du lac Helby). Ce pélerinage est très à la mode en ce moment. Comme Partan n'a pas de port, mais se trouve à quelques lieues à l'intérieur des terres, le capitaine a l'habitude de recueillir quiconque se trouve en train de bivouaquer sur le rivage lorsqu'il passe par le lac Helby.

    PS- vision mystique ne permet d'observer qu'une seule créature à la fois...

    ReplyDelete
  13. "Et bien capitaine, mon compagnon Tchapakan se propose de leur préparer un bon bouillon revigorant dont il a le secret !" Et nous essaierons donc de lentement engager une conversation afin de leur demander s'ils n'ont pas croisé des pémerins venus de l'Est, où nous nous rendons, et s'ils ont des nouvelles de la situation là-bas : nous aurions entendu que des Krjalki commettaient des méfaits à l'égard du bétail !

    PS- non pas pour le plaisir de la polémique (tu me connais...), mais pour le play-test : vision mystique permet de voir "a creature's magic points", et non pas "ONE creature's...", et même "as well as enchanted itemS" -au pluriel, donc peut concerner plusieurs cibles. Nulle part il n'est dit qu'elle était limitée à une créature, d'autant que l'effet du sort agit "by augmenting the recipient's natural vision", et non pas la visibilité d'une cible. Mais bon, je me rangerai bien entendu à ta décision. Les auteurs ont-ils précisé ?

    ReplyDelete
  14. je rejoins eporedos...

    ReplyDelete
  15. [règles] RQ Companion, page 30, paragraphe Defaults: the default Sorcery spell will
    only affect one target.

    ReplyDelete
  16. [règles] En même temps page 33 dans la description du sortilège ça parle de recipient... donc je pense, en fait, que c'est au niveau du recipient qu'il faut considérer qu'on n'a droit qu'à un seul target.
    Donc au final j'accepte que la vision du recipient devienne mystique pendant la durée du sortilège partout où il pose son regard.

    ReplyDelete
  17. Eporedos incante discrètement dans son coin, puis profite de sa vision mystique pour bien scruter le bateau et ses passagers. Tout le monde a l'air d'avoir des capacités magiques moyennes ; deux ou trois individus sont en-dessous ou au-dessus de la moyenne. Pas d'objets enchantés en vue, sauf l'armure et les armes du gradé de l'Armée de la Droiture. Quelques pélerins ont des petits objets enchantés, sans doute des souvenirs de Partan.

    ReplyDelete
  18. Bon, ben il est du devoir de tout bon croyant d'offrir l'hospitalité à des pélerins. Proposons-meur donc de partager notre potage revigorant, et essayons d'avoir quelques nouvelles de Pantan et de notre destination.

    ReplyDelete
  19. "Partan", pas "Pantan". Rantanplan.

    ReplyDelete
  20. Les pélerins vous remercient, et vous racontent avec des yeux exaltés leur pélerinage à Partan, la ville sainte du malkionisme qui est en train d'être bâtie dans ces terres païennes.
    Ils n'ont pas de nouvelles (ni de connaissances) de l'Est Sauvage. Ils n'ont croisé personne qui en vînt.

    ReplyDelete
  21. loué soit Malkion.

    ReplyDelete
  22. des terres nouvelles défrichées... comme c'est une noble mission!!!

    ReplyDelete