16 July 2007

[campagne - 025] Keanos, 5me jour

Le lendemain, donc, Heliern ne fait pas presser le pas de ses hommes. Il ne veut pas se retrouver à la passe en pleine nuit. La pluie est maintenant constante et bien froide. La route (ou ce qu'il en reste) monte et descend en suivant le relief accidenté de cette région.

À un moment, alors que vous vous reposez au fond d'une combe, deux humathis qui étaient partis en éclaireurs reviennent, l'air inquiet. La route est bloquée en amont, et ils pensent avoir vu au moins une douzaine d'odallis embusqués derrière les rochers. La combe est trop encaissée pour que vous puissiez contourner l'obstacle, et de toute façon les bêtes seraient incapables de porter leur charge sur des pentes aussi abruptes.

Que faites-vous ?

8 comments:

  1. ET bien je propose a heliern le meme dispositif que la derniere fois: milka pret a aider dans le gros du groupe et kirit en reco en l'air?

    ReplyDelete
  2. Kirit s'élève dans l'air froid pour observer la situation.

    Comme l'ont dit les humathis, la route en amont de votre position est bloquée par des rochers de taille moyenne. Ça ne devrait pas ralentir des hommes motivés, mais en revanche ça ralentirait sûrement des bêtes chargées. 15 barbares sont postés derrière les rochers. Ils n'ont pas l'air particulièrement robustes, mais on ne sait jamais avec ces sauvages.

    Kirit voit que la route derrière vous est également bloquée, de la même manière. En revanche il n'y a que 2 barbares à l'arrière.

    ReplyDelete
  3. Les barbares ont-ils des armes de jet ? Si non, je peux voler avec Kirit et balancer quelques sorts bine sentis pour calmer les barbares. Ensuite, les Humaktis pourront terminer la besogne si les barabressont toujours là. Et pendant ce temps, nous nous occupons des deux derrière.
    S'ils ont des armes de jet à portée longue, ej reste planqué derrière Tchapakan et son bouclier.
    Heliern pense-t-il pouvoir parlementer ?

    ReplyDelete
  4. Tchapakan17/7/07 18:30

    j'enfile mon armure et prends épée et bouclier.

    ReplyDelete
  5. les sorts habituels sont en memoire, et les armes a la main...

    ReplyDelete
  6. Heliern vous remercie pour vos suggestions, mais il préfère parlementer : il emprunte souvent cette route et ne souhaite pas être « grillé » dans la région.

    Il demande à Tchapakan de l'accompagner près du barrage de pierres, et à Kirit de continuer à surveiller la situation d'en haut.

    ReplyDelete
  7. PS - les barbares ont des javelines. A priori pas de quoi atteindre un homme en vol.

    ReplyDelete
  8. Tchapakan23/7/07 14:15

    "mmmh...je ne suis pas ton employé, et je devrais plutôt rester auprès de mes collègues pour les protéger. Mais s'ils l'acceptent, je veux bien t'accompagner.
    - vas-y, Tchapakan, mais ne prends pas de risques inutiles !" dit Eporedos.
    "Bien, allons-y maître Heliern"

    ReplyDelete